• Plateforme

    Revendications

    Nous profitons de la nouvelle phase dans laquelle les négociations pour la formation d’un Gouvernement fédéral sont entrées afin de porter à votre connaissance les revendications largement partagées dans la société civile belge concernant la procédure de remplacement des avions de combat F16 de l’armée belge.  C’est ainsi que, et confiantes dans le fait que la crise que nous traversons donne encore davantage de force à nos arguments, les associations soussignées se permettent de revenir vers vous pour rappeler notre volonté de voir le prochain gouvernement abandonner le contrat d’achat de 34 avions de combat F35 conclu par le gouvernement Michel en octobre 2018. L’ampleur de la crise sanitaire que…

  • Cartes blanches

    Position : F-35, d’énormes dépenses militaires au détriment de la santé … et de notre sécurité

    Dans le portrait qu’elle faisait de Sophie Wilmès le samedi 21 mars dernier, la Libre Belgique nous apprenait que « de nombreuses photos de famille [ornait] son bureau… aux côtés de la maquette d’un F-35, le chasseur ultramoderne et potentiellement doté du feu nucléaire acquis par la Belgique il y a deux ans ». A ce moment, le gouvernement Michel a conclu l’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers pour une somme dépassant les 4 milliards d’euros. Sophie Wilmès était ministre du budget. C’est elle qui avait la charge du suivi de la trajectoire budgétaire extrêmement austère imposée par le gouvernement, dont l’épargne de 3,8 milliards d’euros sur les soins de santé sur l’ensemble…

  • Cartes blanches

    Position : Pas avec notre argent !

    Mais qu’attendons-nous pour enfin suspendre cette procédure de remplacement des F16 ? Une procédure biaisée et opaque depuis le départ. Le lieutenant-colonel Decrop déclarait encore dans son audition en Commission défense que la décision de remplacer les f16 belges ne « devait » pas nécessairement avoir lieux maintenant. En effet, leur capacité pourraient selon les rapports cachés de Lockheed Martin être prolongée pendant au moins 6 ans tout en faisant économiser à la Belgique près de 900 millions d’euros. Suspendre cette procédure permettrait à tout le moins de réfléchir à une question cruciale qui n’a jamais fait l’objet d’une large débat démocratique et transparent : la prolongation de la capacité nucléaire de la Belgique.…

  • Cartes blanches

    Position : Pas d’avions de chasse mais des transports publics efficients

    « La restriction des moyens impose des choix. Le gouvernement s’efforcera de mener une politique cohérente » (Charles Michel) AH OUI, VRAIMENT? La SNCB est pourtant contrainte d’économiser 3 milliards d’euros au total entre 2015 et 2019. Le budget de la SNCB ne lui permet aujourd’hui plus de fonctionner correctement : manque criant de personnel, diminution du contrôle et de l’entretien des infrastructures et du matériel, détérioration des conditions de travail, etc.  Cette austérité appliquée au budget essentiel de la SNCB va à contre-courant des exigences économiques, sanitaires et écologiques qu’implique la saturation du réseau routier dans notre pays et les multiples crises qui entourent la consommation d’énergie fossile.  Tous les services publics…

  • Cartes blanches

    Carte blanche : La Belgique persistera-t-elle à vouloir combattre la crise avec des avions de chasse?

    La date est arrivée. Le 14 février, les constructeurs des avions de guerre F35 (Lockheed Martin, Etats-unis) et Typhoon (Europfighter, consortium européen) ont remis leur « Best and final offer » auprès du gouvernement pour tenter de décrocher le contrat de remplacement des F16 de l’armée belge. Plusieurs surprises nous attendent. Un marché manifestement truqué La première d’entre elles sera de voir si le gouvernement aura réussi à se mettre d’accord sur la prolongation des discussions avec le gouvernement français qui a proposé, en échange de l’achat d’avions rafale (Dassault), un partenariat stratégique et industriel avec la Belgique. Vu les déclarations contradictoires entre le Premier ministre et le Ministre de la « Défense »,…

  • Cartes blanches

    Position : Pas d’avions de chasse mais lutter contre la pauvreté

    « La restriction des moyens impose des choix. Le gouvernement s’efforcera de mener une politique cohérente » (Charles Michel) AH OUI, VRAIMENT? En Belgique, 16% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Afin de réduire un peu les conséquences désastreuses de la dégressivité des allocations de chômage, l’accord de gouvernement prévoyait que les allocations minimales d’aide sociale soient « élevées » au niveau du seuil de pauvreté européen. Le 8 octobre 2017, la secrétaire d’État a annoncé que cet objectif ne serait pas atteint, « faute de moyens ». Tous les services publics subissent des coupes budgétaires répétées et aucune politique de relance n’est proposée : la lutte contre la pauvreté, la justice, la sécurité…

  • Cartes blanches

    Position: La Belgique, prête à assumer ses « responsabilités » …

    Alors que l’austérité budgétaire est érigée en orthodoxie politique, les partis de la majorité – rejoints par certains dans l’opposition –, s’activent pour remplacer les avions de chasse de l’armée belge. L’objectif ? Acheter 40 nouveaux chasseurs-bombardiers. Le coût ? 6 milliards d’euros[1] ; sans compter les frais d’entretien qui s’élèveraient à 288 millions d’euros par an, soit la moitié du budget de la défense ! Nos représentants politiques, qui s’échinent à trouver 11 milliards d’économie d’ici à 2018, seraient prêts à une telle dépense afin que la Belgique puisse « continuer à assumer ses responsabilités pour l’édification d’un monde plus stable et plus en paix ». Ainsi, une volonté politique existerait-elle en Belgique pour travailler à…

  • Cartes blanches

    Position: La politique de paix commence chez nous : non au remplacement des F-16 de l’armée belge !

    Nos représentants politiques tout frais sortis des urnes de ce 25 mai auront à poser un choix fondamental très rapidement : celui du remplacement des avions F-16 de l’armée belge. D’après le ministre de la « Défense » actuel, la Belgique devrait acheter 40 nouveaux chasseurs-bombardiers si elle veut rester un « partenaire fiable de l’Union européenne et de l’OTAN ». Cet achat a un coût énorme – particulièrement en ces temps d’austérité budgétaire économiquement et socialement dévastatrice – : 6 milliards d’euros. Auxquels viennent s’ajouter 288 millions d’euros par an pour les frais de fonctionnement et d’entretien. Sinistre message dans un pays qui coupe depuis plusieurs années drastiquement dans…