Plateforme

Parce que l’achat de nouveaux avions de chasse va peser lourd dans le portefeuille des Belges. Parce que les réponses militaires aux crises, quelles qu’elles soient, n’ont jamais apporté ni stabilité ni paix, la plateforme nationale Geen gevechtsvliegtuigen – Pas d’avions de chasse, demande expressément aux négociateurs de gérer l’argent public en bon père de famille. Et si la Belgique investissait dans son futur et le bien-être de sa population ?

Qui sommes-nous?

La plateforme « Geen gevechtsvliegtuigen – Pas d’avions de chasse » est une plateforme de plus d’une centaine d’organisations qui exprime aujourd’hui leurs préoccupations à l’égard des négociateurs du gouvernement quant à l’achat de nouveaux avions de chasse. Parmi celles-ci : le Mouvement ouvrier chrétien (MOC), Greenpeace Belgique, Oxfam…

Que demandons-nous?

Une délégation s’est rendue ce mardi après-midi rue de la Loi, pour être entendue par les négociateurs du prochain Gouvernement fédéral. « Nous sommes très inquiets que le futur gouvernement impose une décision concernant une dépense de plusieurs milliards d’euros pour l’achat de nouveaux avions de combat. Une étude de l’Université d’Anvers montre que la population belge ne veut pas de nouveaux « jet fighters ». L’achat d’avions de chasse est totalement improductif si nous voulons réellement contribuer à la paix et la stabilité ».

Le coût de l’achat de nouveaux «avions de chasse» peut facilement atteindre 6 milliards d’euros, un montant dont la Belgique ne dispose pas. D’après le gouverneur de la Banque Nationale, le pays doit encore faire des économies durant les quatre ans à venir, pour un montant de 17 milliards d’euros. Augmenter les dépenses militaires est irresponsable. La priorité pour le nouveau gouvernement doit être de travailler à des politiques durables en matières sociale, économique, environnementale, de santé et de sécurité sociale.