Courrier

Courrier envoyé lors de la crise sanitaire

Madame Sophie Wilmès

Première Ministre

Madame Maggie De Block

Ministre de la santé

Madame la Première Ministre, Madame la Ministre,

L’ampleur de la crise que nous traversons n’était probablement pas prévisible. Cette imprévisibilité pose évidemment beaucoup de questions sur les manières de se prémunir autant que possible par rapport à toutes les éventualités de la vie. Ce qui est évident aujourd’hui, par contre, c’est le fait que ce sont des services publics universels les plus qualitatifs possible qui permettent d’envisager la sécurité de la population. Or, ces services publics ont subi des coupes budgétaires depuis la crise économique de 2008, qui les fragilisent année après année.

L’austérité budgétaire n’a pourtant pas été une règle intangible puisque le gouvernement a annoncé, ces dernières années, certains investissements publics. C’est donc les choix d’investissements, révélateurs de priorités politiques, que je me permets de questionner aujourd’hui.

C’est ainsi qu’en octobre 2018, le gouvernement Michel a conclu l’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers F35, pour un coût budgété à 4,11 milliards d’euros. Le « contrat du siècle » qui vient compléter les près de 9 milliards que ce gouvernement a investi dans l’achat de matériel de guerre. Durant ces mêmes années de législature pourtant, pour des raisons de rigueur budgétaire, le gouvernement Michel a organisé une économie de pas moins de 3,8 milliards d’euros dans les soins de santé. Le « contrat du siècle » pour les avions F35 a ainsi été conclu l’année même où le budget du secteur de la santé était raboté de 900 millions d’euros.

La militarisation continue de la Belgique s’effectue manifestement au détriment des droits sociaux fondamentaux des citoyens. Et de leur santé. On constate en effet de manière flagrante aujourd’hui que la sécurité des citoyens belges n’est pas garantie par l’achat de matériel militaire mais en protégeant le quotidien des individus contre les aléas de l’existence.

Je me permets ainsi de vous rappeler qu’avant même cette crise sanitaire, plus de la moitié de la population belge (53%) déclarait avoir des difficultés à assumer les dépenses en soins de santé. 10% d’entre eux indiquaient même reporter les consultations chez leur médecin généraliste.

Renoncer à l’achat de 7 avions chasseurs-bombardiers permettrait de combler le déficit de la sécurité sociale. Lors des futures négociations pour la formation d’un gouvernement fédéral, je vous demande instamment, en tant que citoyen.ne concerné.e et inquiet.e, de questionner radicalement la priorité du gouvernement précédent d’accepter de continuer à investir dans la guerre tout en détricotant les autres services publics pour des raisons d’austérité. Dès lors, si le précédent gouvernement a montré son ouverture quant à la possibilité de faire des investissements publics massifs, l’argent prévu pour l’achat de matériel de guerre doit être réaffecté dans la préservation et la défense de la réelle sécurité de toutes et de tous.   

Dans l’attente de votre réponse, et dans l’espoir que ce courrier attire votre attention, je vous prie de croire, Madame la Première Ministre, Madame la Ministre, en l’expression de mes vigilantes considérations.