Le gouvernement peut trouver 3,6 milliards pour des avions de chasse mais pas 50 millions pour le climat

Dans le cadre de la COP 21, la Belgique avait promis 50 millions d’euros par an pour lutter contre les dérèglements climatiques. Promesse jamais tenue. Pourtant 50 millions, c’est la moitié d’un avion de chasse ! Renoncer à l’achat des 34 avions correspondrait à 70 ans de promesses belges tenues pour le climat !

Pour aller plus loin

Ce mail sera envoyé au ministre compétent et au premier ministre. Nous conservons une copie de ce mail pour des besoins statistiques mais votre adresse et votre nom ne seront pas communiqués ou utilisés a d’autres fins par la plateforme.



Monsieur Charles Michel
Premier Ministre
Madame Marie-Christine Marghem
Ministre de l’environnement

 
Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre,
D’ici la fin de l’année 2018, votre gouvernement entend conclure la procédure d’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers, pour un coût budgété à environ 3,6 milliards d’euros.
 
En ma qualité de citoyen(ne), je me permets de vous faire part de ma profonde préoccupation quant au bien-fondé de cette procédure alors que les engagements budgétaires de votre gouvernement concernant la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique sont loin d’être à la hauteur de l’enjeu que nous avons à affronter.
 
Vous le savez, il nous reste désormais moins de 6 ans pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C ; et moins de 20 ans pour le limiter à 2°C. Aujourd’hui pourtant, les engagements des gouvernements du monde entier, et singulièrement ceux presqu’inexistants de la Belgique, sont nettement insuffisants. Ils nous placent sur la voie d’un réchauffement de 3 à 4 °C d’ici 2050. Pour le moment, la probabilité de rester sous les 2°C promis est inférieure à 5%.
 
Dans le cadre de la COP 21, la Belgique avait promis 50 millions d’euros par an pour lutter contre les dérèglements climatiques. Une promesse qui n’est toujours pas tenue à l’heure actuelle. Une somme qui correspond pourtant à moins de la moitié d’un avion chasseurs-bombardiers.
 
La militarisation croissante de la Belgique s’effectue manifestement au détriment de la lutte salutaire contre le réchauffement de notre climat.
En tant que citoyen(ne) concerné(e), je vous demande de reconsidérer les priorités fixées par votre gouvernement afin que l’argent public soit alloué dans le combat contre le réchauffement climatique et non dans l’industrie de l’armement. Considérant les engagements de la Belgique au sien de la COP (conférence des parties), le budget alloué aux avions de combat doit être réinvestit dans les politiques de transition énergétique et de lutte contre les dérèglements climatiques.
Par conséquent je demande que mes impôts soient désengagés de l’achat des avions de combat et alloués aux politiques de respect de l’environnement.
 
Dans l’attente de votre réponse, et dans l’espoir que ce courrier attire votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre, en l’expression de mes respectueuses considérations.
 

Défense : 1% du PIB. Justice : 0,7% du PIB. Le taux le plus faible de toute l’Union Européenne.

Malgré les engagements du gouvernement, l’arriéré judiciaire reste très élevé en Belgique. En 2015, plus de 10 000 affaires criminelles ouvertes dans les années 1990 ne sont toujours pas finalisées. Pour autant, entre 2014 et 2016, le gouvernement a diminué le budget de la justice de 200 millions d’euros. Moins de 2 avions de chasse. Désormais, le gouvernement assume ne plus respecter la loi : « Les magistrats accusent le gouvernement de ne pas respecter le nombre de juges fixé par la loi. Le gouvernement n’est prêt à remplir ce cadre qu’à 80 ou 90%. » (Koen Geens, RTBF, 29 mai 2016)

Au niveau européen, le montant par habitant alloué à la Belgique pour la Justice (82€) est bien en-deçà de celui de ses homologues européens tels que les Pays-Bas (125 EUR), l’Allemagne (114 EUR) ou le Luxembourg (147 EUR). En proportion de son PIB, le budget alloué par la Belgique à la justice est équivalent à ceux de l’Albanie ou de la Géorgie.

Pour aller plus loin

Ce mail sera envoyé au ministre compétent et au premier ministre. Nous conservons une copie de ce mail pour des besoins statistiques mais votre adresse et votre nom ne seront pas communiqués ou utilisés a d’autres fins par la plateforme.



Monsieur Charles Michel

Premier Ministre

Monsieur Koen Geens

Ministre de la Justice

 

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre,

 

D’ici la fin de l’année 2018, votre gouvernement entend conclure la procédure d’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers, pour un coût budgété à environ 3,6 milliards d’euros.

 

En ma qualité de citoyen(ne), je me permets de vous faire part de ma profonde préoccupation quant au bien-fondé de cette procédure alors que le budget alloué à la justice est plus faible que celui de la Défense. Il ne permet désormais plus de respecter le cadre fixé par la loi.  

Le Ministre Geens le signalait déjà le 29 mai 2016 : malgré la pénurie de personnel de justice déjà criante, le Gouvernement n’est prêt à respecter que 80 à 90% du cadre d’engagement fixé par la loi. Dans le même temps, malgré votre Déclaration de politique générale qui souligne la volonté du gouvernement de mettre « tout en œuvre pour que les décisions de justice soient rendues dans l’année de la saisine », justice n’est toujours pas rendue pour plus de 10.000 affaires criminelles ouvertes dans les années 1990.

Malgré ces indicateurs inquiétants, votre gouvernement a encore raboté 200 millions au budget de la justice ces trois dernières années.

 

La militarisation continue de la Belgique s’effectue manifestement au détriment de la justice.

En tant que citoyen(ne) concerné(e), je vous demande de reconsidérer les priorités fixées par votre gouvernement afin que l’argent public soit alloué au respect de notre État de droit, et non à l’industrie de l’armement. Le budget alloué aux avions de combat doit être réinvesti dans le fonctionnement le plus optimal possible de notre appareil judiciaire. Dans notre pays comme dans le reste du monde, s’il ne peut y avoir de justice sans paix, il ne pourrait y avoir de paix sans justice.  

Je demande donc que mes impôts soient désengagés de l’achat des avions de combat et alloués à la Justice.

 

Dans l’attente de votre réponse, et dans l’espoir que ce courrier attire votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre, en l’expression de mes respectueuses considérations.     

 

16% de la population vit sous le seuil de pauvreté en Belgique. 18% des enfants de moins de 15. 

Suite à la loi sur la dégressivité des allocations de chômage, en janvier 2015, 16 854 chômeurs perdent leur droit aux allocations. Ils sont 37 000 en décembre 2016. Le RIS (revenu d’intégration sociale, ex-minimex) pour une personne seule est de 892,70 €/mois. Le seuil de pauvreté est estimé à 1000 €/mois pour une personne isolée. L’accord de gouvernement prévoyait que les allocations minimales d’aide sociale soit au niveau du seuil de pauvreté européen. Le 8 octobre 2017 la secrétaire d’État a finalement annoncé que cet objectif ne serait pas atteint.

Pour aller plus loin

Ce mail sera envoyé au ministre compétent et au premier ministre. Nous conservons une copie de ce mail pour des besoins statistiques mais votre adresse et votre nom ne seront pas communiqués ou utilisés a d’autres fins par la plateforme.



Monsieur Charles Michel

Premier Ministre

Madame Zuhal Demir

Secrétaire d’État à la Lutte contre la pauvreté

Monsieur le Premier Ministre, Madame la Secrétaire d’État,

 

D’ici la fin de l’année 2018, votre gouvernement entend conclure la procédure d’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers, pour un coût budgété à environ 3,6 milliards d’euros.

 

En ma qualité de citoyen(ne), je me permets de vous faire part de ma profonde préoccupation quant au bien-fondé de cette procédure alors que 16% de la population vit sous le seuil de pauvreté en Belgique, comme l’indique une étude commanditée en 2016 par le SPP intégration sociale.

 

La dégressivité des allocations de chômage récemment mise en place vient alourdir cette inquiétante statistique puisqu’elle prive de nombreux citoyens belges de revenus. Ainsi, en décembre 2016, 37 000 chômeurs étaient ainsi privés d’allocations.

Malgré cette dégressivité, le RIS (revenu d’intégration sociale) reste aujourd’hui de 892,70 €. Un revenu plus bas que le seuil de pauvreté qui s’établit, pour une personne isolée, à 1000€. Le RIS ne permet évidemment pas de vivre dignement. Pourtant, cette atteinte à la dignité humaine est assumée par votre gouvernement, vu notamment les déclarations de Madame Demir du 08 octobre dernier.

 

La militarisation continue de la Belgique s’effectue manifestement au détriment des droits sociaux fondamentaux des citoyens.

En tant que citoyen(ne) concerné(e), je vous demande de reconsidérer les priorités fixées par votre gouvernement afin que l’argent public soit alloué à la justice sociale et à la lutte contre la pauvreté, et non à l’industrie de l’armement. La sécurité ne s’obtient pas en bombardant, mais en protégeant le quotidien des individus contre les aléas de l’existence.
Par conséquent, je demande que mes impôts soient désengagés de l’achat des avions de combat et alloués à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

 

Dans l’attente de votre réponse, et dans l’espoir que ce courrier attire votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Secrétaire d’État, en l’expression de mes respectueuses considérations.

Budget « construction de la paix » en Belgique : 5 millions d’euros. 1/20e d’un avion de chasse

Les avions chasseurs-bombardiers belges sont officiellement destinés à des missions de « pacification » et de « stabilisation ». Or, partout où les F16 belges ont été utilisés, ils ont laissé derrière eux des pays en guerre et profondément déstabilisés (Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Syrie, Libye). Parallèlement, le gouvernement baisse les budgets qui permettraient réellement de travailler à la paix et la stabilité. Ainsi, le budget « construction de la paix » du Ministère des affaires étrangères a été réduit à 5 millions d’euros (moins 80% en 10 ans). 1/20e d’un avion de chasse !

Pour aller plus loin

Ce mail sera envoyé au ministre compétent et au premier ministre. Nous conservons une copie de ce mail pour des besoins statistiques mais votre adresse et votre nom ne seront pas communiqués ou utilisés a d’autres fins par la plateforme.



Monsieur Charles Michel

Premier Ministre

Monsieur Alexander De Croo

Ministre de la Coopération au développement

 

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre,

 

D’ici la fin de l’année 2018, votre gouvernement entend conclure la procédure d’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers, pour un coût budgété à environ 3,6 milliards d’euros.

 

En ma qualité de citoyen(ne), je me permets de vous faire part de ma profonde préoccupation quant au bien-fondé de cette procédure alors que le budget alloué à la coopération et à l’aide publique au développement est en baisse continuelle.

 

Bien que la Belgique souscrive à l’engagement international d’allouer 0,7% du PIB à l’aide au développement, celle-ci n’en représente aujourd’hui qu’à peine 0,4%. Votre Déclaration gouvernementale prévoyait d’ailleurs déjà une coupe de 1,125 milliards d’euros dans ce budget.

Pourtant, la coopération au développement est fondamentale pour travailler à la paix et à la stabilité au niveau international, contrairement à l’investissement dans le matériel militaire.

 

La militarisation continue de la Belgique s’effectue manifestement au détriment de la solidarité internationale.

En tant que citoyen(ne) concerné(e), je vous demande de reconsidérer les priorités fixées par votre gouvernement afin que l’argent public soit alloué au développement social et à la solidarité internationale, et non à l’industrie de l’armement. Il est fondamental de s’employer à résoudre les situations de conflits par la coopération et la médiation pacifique, et non par la surenchère militaire et l’investissement dans l’industrie de la guerre. Pour poursuivre nos objectifs de paix, nos ressources doivent être consacrées à combattre la pauvreté, les inégalités et les injustices.

 

Par conséquent, je demande donc que mes impôts soient désengagés de l’achat des avions de combat et alloués à la Coopération au développement.

 

Dans l’attente de votre réponse, et dans l’espoir que ce courrier attire votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre, en l’expression de mes respectueuses considérations.     

Priorité au train ? Trois milliards d’économie en cinq ans pour la SNCB

Le gouvernement prévoit une hausse de productivité de la SNCB de 20%, alors même qu’elle sera contrainte d’économiser 3 milliards d’euros au total entre 2015 et 2019. Le budget de la SNCB ne lui permet plus de fonctionner correctement : manque criant de personnel, diminution du contrôle et de l’entretien des infrastructures et du matériel, détérioration des conditions de travail, etc.

Cette austérité appliquée au budget essentiel de la SNCB va à contre-courant des exigences économiques, sanitaires et écologiques qu’implique la saturation du réseau routier dans notre pays.

Pour aller plus loin

Ce mail sera envoyé au ministre compétent et au premier ministre. Nous conservons une copie de ce mail pour des besoins statistiques mais votre adresse et votre nom ne seront pas communiqués ou utilisés a d’autres fins par la plateforme.



Monsieur Charles Michel

Premier Ministre

Monsieur François Bellot

Ministre de la mobilité

 

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre,

 

D’ici la fin de l’année 2018, votre gouvernement entend conclure la procédure d’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers, pour un coût budgété à environ 3,6 milliards d’euros.

 

En ma qualité de citoyen(ne), je me permets de vous faire part de ma profonde préoccupation quant au bien-fondé de cette procédure alors que le budget alloué aux transports publics subit des coupes budgétaires successives conséquentes qui ne lui permettent manifestement plus de répondre à ses objectifs de services publics à la population.

 

Votre Gouvernement prévoit une hausse de productivité de la SNCB de 20%, alors même qu’elle sera contrainte d’économiser 3 milliards d’euros au total entre 2015 et 2019.

Le budget de la SNCB ne lui permet plus de fonctionner correctement : manque criant de personnel, diminution du contrôle et de l’entretien des infrastructures et du matériel, détérioration des conditions de travail, etc.  

Cette austérité appliquée au budget essentiel de la SNCB va à contre-courant des exigences économiques, sanitaires et écologiques qu’implique la saturation du réseau routier dans notre pays.

 

En tant que citoyen(ne) concerné(e), je vous demande de reconsidérer les priorités fixées par votre gouvernement afin que l’argent public soit alloué aux infrastructures et au fonctionnement sain des transports publics, et non dans l’industrie de l’armement. Considérant les engagements de la Belgique au sien de la COP (conférence des parties), il est inévitable d’investir davantage dans les infrastructures de transport en commun, qui constituent un élément fondamental de la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Par conséquent je demande que mes impôts soient désengagés de l’achat des avions de combat et alloués à la SNCB.

 

Dans l’attente de votre réponse, et dans l’espoir que ce courrier attire votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre, en l’expression de mes respectueuses considérations.     

Renoncer à 5 avions de chasse permettrait de combler le déficit de la sécurité sociale

Aujourd’hui, plus de la moitié de la population belge (53%) déclare avoir des difficultés à assumer les dépenses en soins de santé. 10% d’entre eux indiquent même reporter les consultations chez leur médecin généraliste. Pourtant, le budget de la sécurité sociale continue de subir des coupes drastiques successives. En 2017 encore, le gouvernement a décidé de lui ponctionner 900 millions d’euros. Renoncer à l’achat de 7 avions chasseurs-bombardiers permettrait de combler le déficit de la sécurité sociale.

Pour aller plus loin

Ce mail sera envoyé au ministre compétent et au premier ministre. Nous conservons une copie de ce mail pour des besoins statistiques mais votre adresse et votre nom ne seront pas communiqués ou utilisés a d’autres fins par la plateforme.



Monsieur Charles Michel

Premier Ministre

Madame Maggie De Block

Ministre de la santé

 

Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre,

 

D’ici la fin de l’année 2018, votre gouvernement entend conclure la procédure d’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers, pour un coût budgété à environ 3,6 milliards d’euros.

 

En ma qualité de citoyen(ne), je me permets de vous faire part de ma profonde préoccupation quant au bien-fondé de cette procédure alors que le budget de la sécurité sociale et celui de la santé subissent des coupes violentes ces dernières années.

 

Aujourd’hui, plus de la moitié de la population belge (53%) déclarent avoir des difficultés à assumer les dépenses en soins de santé. 10% d’entre eux indiquent même reporter les consultations chez leur médecin généraliste. Pourtant, le budget de la sécurité sociale continue de subir des coupes drastiques successives. En 2017 encore, votre gouvernement a décidé de lui ponctionner 900 millions d’euros. Renoncer à l’achat de 7 avions chasseurs-bombardiers permettrait de combler le déficit de la sécurité sociale.

 

La militarisation continue de la Belgique s’effectue manifestement au détriment des droits sociaux fondamentaux des citoyens. Et de leur santé.

En tant que citoyen(ne) concerné(e), je vous demande de reconsidérer les priorités fixées par votre gouvernement afin que l’argent public soit alloué à la santé et à la justice sociale, et non à l’industrie de l’armement. La sécurité ne s’obtient pas en bombardant, mais en protégeant le quotidien des individus contre les aléas de l’existence.

Par conséquent je demande que mes impôts soient désengagés de l’achat des avions de combat et alloués à la lutte pour l’accès universel et inconditionnel à la santé.

 

Dans l’attente de votre réponse, et dans l’espoir que ce courrier attire votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre, en l’expression de mes respectueuses considérations.